Normes d'exercice des infirmières et infirmiers

L’infirmière immatriculée a la responsabilité d’exercer la profession de façon sécuritaire et éthique avec compétence et compassion, et elle rend des comptes au client, au public, à l’employeur et à la profession.

Comment cette norme s'applique-t-elle à votre pratique?

  • En intervenant quand une politique ou une pratique n’est plus appuyée par des données probantes;
  • En autoévaluant vos connaissances, vos aptitudes et vos habiletés pour vous assurer que vous êtes en mesure de fournir des soins sécuritaires et compétents;
  • En vous conformant au programme de maintien de la compétence de l’AIINB.

FAQ et ressources

Lily est une infirmière immatriculée (II) et elle a récemment commencé à travailler dans une unité de chirurgie générale. Elle a remarqué que les pratiques pour le soin des plaies semblent désuètes comparativement à celles de l’unité où elle était auparavant. Lily est nouvelle à cette unité et elle ne veut pas faire de vagues, mais les pratiques en matière de soin des plaies la préoccupent.

Question : Comment Lily peut-elle satisfaire l’énoncé descriptif 1.8 de la norme 1? (1.8 : préconise l’élaboration et la mise en œuvre de politiques, de pratiques et de programmes qui améliorent la pratique infirmière et les services de soins de santé).

Réponse : Lily ferait des recherches sur les pratiques actuelles éclairées par des données probantes sur le soin des plaies pour voir si sa pratique passée était effectivement une pratique exemplaire. Pour ce faire, elle pourrait communiquer avec une spécialiste du soin de plaies, suivre un cours en ligne ou rechercher des articles de revue récents sur le soin des plaies.

Si elle découvre que les pratiques pour le soin des plaies à son unité actuelle ne sont pas fondées sur des données probantes, elle a mis en lumière une question liée à la pratique professionnelle. Lily a l’obligation légale et éthique de donner suite aux questions liées à la pratique professionnelle; elle devra donc rencontrer sa gestionnaire pour discuter de la situation.

Pour en savoir plus sur la résolution des questions liées à la pratique professionnelle, veuillez consulter le lien suivant : La résolution des problèmes liés à la pratique professionnelle.

Pour en savoir plus sur la responsabilité et l’obligation de rendre des comptes, poursuivez votre exploration de la norme 1 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Voici Erin.

Erin et Judith sont des infirmières immatriculées (II) qui travaillent à l’unité de maternité d’un hôpital de soins actifs tertiaires. Erin et Judith ont des relais de travail qui se succèdent.

Erin a remarqué que, depuis six mois, Judith est systématiquement en retard pour son relais, retardant le départ d’Erin. Cette dernière a également dû faire des heures supplémentaires quand Judith a téléphoné à la dernière minute pour se déclarer malade, laissant peu de temps à la gestionnaire de l’unité pour trouver un remplacement. Par ailleurs, le comptage des narcotiques n’est pas toujours exact après certains des relais de Judith.

De plus, Erin a observé un changement dans le comportement de Judith, qui est plus somnolente que d’habitude, surtout après un relais de nuit. Erin se demande si Judith consomme une substance, mais elle ne veut pas sauter aux conclusions.

Erin est préoccupée, mais elle n’est pas certaine si elle a la responsabilité de donner suite à ses préoccupations avec Judith ou avec la gestionnaire de l’unité parce qu’elle n’a pas de preuves concrètes que Judith détourne des médicaments pour elle-même.

Tard la semaine dernière, Alison, une autre collègue II, a vu Judith s’emparer de narcotiques et se les administrer au travail. Alison et la gestionnaire de l’unité ont dénoncé Judith à l’AIINB, et Judith est maintenant en congé.  

Erin ne sait pas ce qu’elle aurait dû faire différemment dans la situation. Aurait-elle dû dénoncer Judith? Est-ce qu’Alison aurait dû dénoncer Judith? Comment Erin peut-elle apprendre d’Alison dans l’avenir? Comment Erin devrait-elle réagir la prochaine fois qu’elle travaille avec Alison?

Réflexions sur les normes d'exercice pour les II de 2019 :

Erin sait qu’elle a l’obligation de satisfaire à l’énoncé descriptif 1.7 de la norme 1 des Normes d'exercice pour les infirmières immatriculées de 2019, qui se lit comme suit : « reconnaît les infractions professionnelles, l’incompétence, une conduite indigne d’un professionnel, une conduite indigne de la profession et l’incapacité de collègues en soins infirmiers ou d’autres fournisseurs de soins de santé et s’acquitte de son devoir de signalement ».

Au moment des faits, Erin n’était pas certaine de son obligation découlant de cet énoncé descriptif. Elle avait des soupçons, mais aucune preuve concrète que Judith abusait d’une substance.

Comment Erin peut-elle apprendre de cette situation?

Erin a effectivement observé un changement dans le comportement de Judith et noté que celle-ci semblait avoir de la difficulté à s’acquitter de ses obligations professionnelles.

Comme il n’y avait pas de preuves concrètes, mais seulement des soupçons d'usage problématique d’une substance, Erin aurait pu envisager d’aborder Judith pour discuter avec elle de ses préoccupations.  

Ce genre de conversation peut être difficile, car les personnes qui ont un problème de substance ont tendance à le nier et peuvent réagir négativement aux préoccupations exprimées. Si Erin avait décidé qu’il n’était pas possible d’avoir une conversation avec Judith, elle devait néanmoins s’assurer de la sécurité des clients et parler de ses préoccupations à sa gestionnaire.

Après le fait, Erin a appris qu’Alison avait parlé avec Judith, qui a admis avoir détourné des narcotiques, mais Judith avait assuré à Alison que son utilisation de la substance était sous contrôle. Alison a compris qu’elle avait l’obligation en vertu de l’énoncé descriptif 1.7 de la norme 1 de faire connaître ses préoccupations.

Par conséquent, Alison a rencontré la gestionnaire et axé la conversation sur des aspects précis liés au détournement de médicaments par Judith et sur ses soupçons concernant l’utilisation de narcotiques au travail par Judith. Alison avait également consigné par écrit ses observations du comportement de Judith de manière objective et factuelle en notant des renseignements comme l’heure, la date, le lieu et les détails des faits, le nom des témoins, le nom des clients touchés, et les mesures prises. Elle a remis une copie de ses notes à la gestionnaire.

Après avoir pris le temps de réfléchir sur ses actions et de rencontrer sa gestionnaire pour discuter de la situation, Erin comprend qu’elle-même et Alison avaient toutes les deux l’obligation professionnelle en tant qu’II autoréglementées de satisfaire aux Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées.

Pour en savoir plus au sujet de l’usage problématique de substances ou l’obligation de signalement, veuillez consulter les documents Directives sur la reconnaissance et gestion de l’usage problématique de substances dans la profession infirmière ou Obligation de signaler : Quand ai-je la responsabilité de le faire et comment dois-je le faire?

Pour en savoir plus sur la responsabilité et l’obligation de rendre des comptes, poursuivez votre exploration de la norme 1 dans le document des Normes d'exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Julie travaille à temps plein comme infirmière immatriculée (II) en salle d’opération. Elle est mariée et a deux enfants âgés de moins de quatre ans. Il y a trois mois, son conjoint a reçu un diagnostic de cancer en phase terminale. Elle s’occupe de toutes les responsabilités familiales tout en continuant à travailler aussi longtemps qu’elle le peut avant que son conjoint devienne trop malade.  

Les collègues de Julie ont remarqué récemment qu’elle avait fait plusieurs erreurs professionnelles et ils s’inquiètent maintenant du risque pour les clients.

Que devraient faire les collègues de travail de Julie, qui se demandent si Julie est en mesure de respecter l’énoncé descriptif 1.7 en raison de sa situation personnelle difficile? (Énoncé descriptif 1.7 : reconnaît les infractions professionnelles, l’incompétence, une conduite indigne d’un professionnel, une conduite indigne de la profession et l’incapacité de collègues en soins infirmiers ou d’autres fournisseurs de soins de santé et s’acquitte de son devoir de signalement).

Réponse : Ses collègues peuvent lui offrir un soutien, tout en s’assurant que la sécurité des clients n’est pas compromise. Les collègues discuteront du problème de pratique professionnelle avec leur gestionnaire. La gestionnaire doit s’assurer que Julie est apte à exercer en surveillant la situation, en l’orientant vers des ressources comme un programme d’aide aux employés ou de santé professionnelle et en la soutenant du mieux possible.

Pour en savoir plus sur la responsabilité et l’obligation de rendre des comptes, poursuivez votre exploration de la norme 1 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).


L’infirmière immatriculée exerce sa profession en appliquant des connaissances, des habiletés et un jugement qui sont éclairés par des données probantes. 

Comment cette norme s'applique-t-elle à votre pratique?

  • En élaborant, en mettant en œuvre et en évaluant le plan de soins infirmiers initial;
  • En tenant vos dossiers selon des directives éclairées par des données probantes;
  • En connaissant vos limites et en acquérant d’autres connaissances ou en demandant de l’aide au besoin.

FAQ et ressources

Richard est un infirmier immatriculé (II) qui travaille dans une unité médico-chirurgicale d’un hôpital de soins actifs tertiaires. Le personnel de l’unité est composé d’II et d’infirmières auxiliaires autorisées (IAA).

Aujourd’hui, Richard fait le relais de jour et assume le rôle d’infirmier responsable. L’une de ses responsabilités est de décider de l’affectation des soins des clients de l’unité.

Réflexion sur les normes d’exercice pour les II de 2019 :

Richard sait qu’il est tenu de respecter les Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées de 2019. Il comprend aussi que l’énoncé descriptif 2.7 de la norme 2 précise que l’II montre son respect de cet énoncé descriptif en attribuant et en déléguant des activités infirmières conformément aux besoins des clients, aux rôles et à la compétence des autres fournisseurs de soins ainsi qu’aux exigences du milieu d’exercice.

Quels facteurs Richard devrait-il prendre en considération dans ses affectations pour l’unité?

Le premier facteur dont Richard doit tenir compte est la prévisibilité de l’état des clients. Par exemple, il devra se demander quels sont les clients dont les résultats sont prévisibles et quels sont ceux dont les résultats sont moins prévisibles. La prévisibilité de l’état des clients est un facteur déterminant, car elle dicte la façon dont les affectations seront réparties entre les II et les IAA qui travaillent en collaboration.

Quand des soins sont affectés en collaboration, l’IAA soigne les clients dont les résultats sont prévisibles ou établis, et l’II soigne les clients dont les résultats sont moins prévisibles. L’II collabore aussi avec l’IAA si l’état d’un client devient moins prévisible et pour s’assurer que le plan de soins est mis à jour afin de tenir compte des besoins actuels du client en matière de soins.

Un deuxième facteur que Richard doit prendre en compte est le cadre des fonctions et la politique de l’employeur, qui peuvent aussi avoir une incidence sur l’affectation des clients. Par exemple, une II peut avoir besoin d’une formation additionnelle fournie par l’employeur sur les pansements avec dispositif VAC avant de soigner des clients qui ont ce besoin.

Lors de l’affectation des clients, Richard doit tenir compte d’un troisième facteur, à savoir le contexte de la pratique, ce qui comprend des aspects comme l’expérience du personnel, la gravité de l’état des clients et le niveau de soins requis.

Après avoir effectué l’affectation initiale en tenant compte des facteurs décrits ci-dessus, Richard devrait collaborer avec les II et les IAA tout au long de la journée et apporter des changements aux affectations si les besoins des clients changent.

Pour les II et les IAA qui travaillent avec Richard, il revient à chaque personne de continuellement évaluer l’état des clients et d’avertir Richard si la gravité de l’état d’un client change afin que l’affectation soit réévaluée au besoin.

Pour en savoir plus sur la pratique fondée sur des connaissances, poursuivez l’exploration de la norme 2 dans le document Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Marianne est une infirmière immatriculée (II) qui travaille dans une unité médico-chirurgicale d’un petit hôpital communautaire, et elle est la préceptrice de Jessica, une infirmière auxiliaire autorisée (IAA) récemment embauchée. Trois de leurs clients viennent d’obtenir leur congé, et elles s’apprêtent à recevoir un nouveau client dès qu’un lit sera prêt.

Comment Marianne et Jessica peuvent-elles travailler ensemble pour satisfaire à l’énoncé descriptif 2.3 de la norme 2? (2.3 : surveille l’efficacité du plan de soins et révise le plan au besoin en collaboration avec le client et l’équipe des soins de santé).

Réponse : L’II et l’IAA doivent comprendre leur champ d’exercice respectif. Elles peuvent ensuite collaborer pour maximiser l’efficacité des soins fournis au client et élaborer un plan de soins pour le nouveau client.

Bien qu’il revienne à Marianne en tant qu’II d’interpréter les données recueillies et d’élaborer le plan de soins, Jessica peut contribuer à ce processus de nombreuses manières.

Pour en savoir plus sur la pratique fondée sur des connaissances, poursuivez l’exploration de la norme 2 dans le document Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Voici Arjun :

Arjun est infirmier nouvellement immatriculé (II) qui a obtenu un premier emploi dans une unité de médecine générale. Il comprend l’importance d’élaborer un plan de soins, mais il comprend mal son rôle quand il travaille en collaboration avec une infirmière auxiliaire autorisée (IAA).

Voici Chantal :

Chantal est une IAA chevronnée comptant une vingtaine d’années d’expérience à l’unité de médecine générale. Elle aime bien travailler avec les II novices. Elle inspire la confiance et est valorisée au sein de l’équipe infirmière, et elle comprend très bien son rôle en ce qui concerne la collaboration dans la planification des soins.

Réflexion sur les normes d’exercice pour les II de 2019 :

Vendredi matin, Arjun et Chantal travaillent en collaboration, fournissant des soins à 10 patients. Ils écoutent tous les deux le rapport du matin, qui leur apprend ceci : 3 clients obtiendront leur congé, 1 client attend d’être placé dans une unité de soins alternatifs et 3 clients ont un plan de soins en place. Les trois personnes ayant un plan de soins ont été admises il y a trois jours, et le plan de soins est bien suivi. L’état d’une personne est demeuré instable toute la nuit, et les deux autres admises durant la nuit sont maintenant stabilisées et atteignent leurs objectifs à court terme.

Comment Arjun respectera-t-il les Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées de 2019, et en particulier les deux énoncés descriptifs suivants de la norme 2?

  • 2.2 établit le plan de soins infirmiers initial en se fondant sur les résultats d’une évaluation complète.
  • 2.3 surveille l’efficacité du plan de soins et révise le plan au besoin en collaboration avec le client et l’équipe des soins de santé.

Que devrait faire Arjun?

La première chose à faire, et la plus importante, est qu’Arjun et Chantal prennent quelques minutes après le rapport du matin pour dresser un plan visant à faire en sorte que les 10 clients soient soignés selon leur plan de soins.

Par exemple, Arjun et Chantal devront déterminer :

  • Qui est la personne la plus appropriée pour s’occuper du congé des trois clients qui rentrent à la maison?
  • Si le plan de soins des clients qui viennent d’être admis comprend des objectifs à long terme, ces objectifs sont-ils établis, ou est-ce à faire?
  • Quels seront les besoins des clients qui ont été opérés il y a trois jours, et qui est la personne la plus appropriée pour répondre à ces besoins?

Pour répondre à ces questions, Arjun et Chantal regarderont le contexte de la pratique, qui englobe la population de patients, la nature des soins requis, la complexité et la fréquence des interventions thérapeutiques, la réaction du client à ces interventions, les modèles de prestation de services en place, les systèmes de médicaments, les politiques de l’employeur, le soutien à la formation, les effectifs et autres ressources. Arjun et Chantal devront prendre tous ces facteurs en considération pour déterminer la manière dont ils organiseront les soins afin d’assurer une prestation de soins sécuritaire et de qualité à leurs 10 clients.

Pour en savoir plus sur le travail au sein d’une équipe intradisciplinaire, veuillez consulter les documents suivants de l’AIINB :

Pour en savoir plus sur la pratique fondée sur des connaissances, poursuivez l’exploration de la norme 2 dans le document Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).


L’infirmière immatriculée contribue à mettre en place et à promouvoir des mesures qui favorisent des résultats positifs optimaux pour la santé du client au niveau de la personne, de l’organisation et du système.

Comment cette norme s'applique-t-elle à votre pratique?

  • En vous assurant que la relation avec le client est axée sur les résultats et centrée sur ses besoins;
  • En faisant preuve de respect dans vos communications avec le client;
  • En vous assurant que votre utilisation des médias sociaux ne porte pas atteinte à la vie privée des clients;
  • En faisant la promotion d’un milieu de travail sécuritaire sur le plan culturel.

FAQ et ressources

Voici Annette :

Annette, infirmière immatriculée (II), travaille dans un centre de réadaptation qui accueille des personnes ayant subi des lésions médullaires. Elle aime son travail et a l’impression qu’elle fait une différence dans la vie des gens qu’elle soigne. Steve est un client de 48 ans devenu paraplégique à la suite d’un accident de la route. Liane, la conjointe de Steve, est une grande source de soutien et elle a rarement quitté le chevet de son mari depuis l’accident. Annette est devenue très amie avec Liane; elles ont des enfants du même âge, aiment le même genre d’activités et ont beaucoup en commun.

Quelques semaines après le congé de Steve, Liane envoie un message Facebook à Annette pour lui demander si elle voudrait la rencontrer, elle et Steve, pour prendre un café.

Que devrait faire Annette?

Réflexions sur les normes d’exercice pour les II de 2019 :

Annette doit se demander si le fait de rencontrer Liane et Steve pour un café dans un contexte social pourrait enfreindre les limites professionnelles. Les limites professionnelles sont la ligne de démarcation entre le comportement thérapeutique d’une infirmière immatriculée et tout autre comportement, qu’il soit bien intentionné ou non, qui pourrait diminuer l’efficacité des soins fournis au client.

Le respect de limites appropriées favorise la prestation de soins sécuritaires et efficaces qui répondent aux besoins du client. Dans certains cas, il peut être acceptable pour une II de nouer des relations sociales avec un ancien client ou sa famille. Il peut être acceptable pour une II de socialiser avec un client à extérieur du lieu de travail si, par exemple, l’II a fourni des soins au client pendant quelques jours seulement et qu’en principe elle ne devrait pas avoir à soigner ce client de nouveau.

Annette doit s’assurer qu’elle respecte les Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées de 2019. En particulier, comment Annette peut-elle respecter l’énoncé descriptif suivant de la norme 3?

3.3 : initie, maintient et conclut la relation thérapeutique infirmière-client.

En réfléchissant sur la norme d’exercice, Annette doit considérer les aspects suivants avant de nouer une amitié avec le couple :

  • le temps écoulé depuis la fin de la relation professionnelle avec Steve et Liane;
  • le degré de stress émotionnel vécu par Steve durant la relation thérapeutique;
  • la nature, l’intensité et la durée des soins;
  • l’incidence potentielle sur les futures expériences de Steve et de Liane dans le système de soins de santé – par exemple, feront-ils confiance à d’autres fournisseurs de soins de santé ou croiront-ils qu’ils doivent aller ailleurs pour des traitements si la relation sociale s’est mal terminée?
  • la probabilité que Steve nécessite des soins fournis par Annette ultérieurement;
  • le degré de dépendance affective que Steve a développé à l’égard d’Annette.

Prochaines étapes

Annette considère ces facteurs. Se servant des normes d’exercice comme guide, elle confirme que, durant l’hospitalisation de Steve, la relation entre les trois est demeurée strictement professionnelle. Elle constate également qu’une certaine période s’est écoulée depuis le congé de Steve, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de relation personnelle au moment où Steve était son client.

Une fois qu’elle a confirmé que la relation était professionnelle, Annette doit maintenant considérer la durée des soins qu’elle a fournis à Steve en tant que client, le soutien émotionnel dont Steve a eu besoin durant la relation thérapeutique, et la probabilité que Steve nécessite des soins fournis par Annette ultérieurement.

Les soins qu’Annette a fournis à Steve étaient axés sur ses besoins physiques, affectifs et psychologiques. Par exemple, il a eu besoin d’aide non seulement pour sa lésion médullaire, mais aussi pour la perte de son autonomie et de son revenu. Il a été le client d’Annette pendant six mois, et il est possible que Steve soit réadmis et qu’il nécessite des soins infirmiers régulièrement.

À la lumière de ces facteurs, Annette détermine qu’il ne serait pas approprié pour elle de fréquenter Liane et Steve socialement pour les raisons suivantes :

  • Il est possible que sa relation professionnelle avec Liane et Steve se poursuive. Si elle noue une relation personnelle avec eux, il y a risque qu’elle transgresse les limites professionnelles.
  • Une relation thérapeutique qui comporte une composante affective et psychologique peut créer un déséquilibre du pouvoir et une dépendance à l’égard de l’II.

Annette se sent mal à l’aise, mais elle doit tout faire pour respecter ses normes d’exercice. Annette explique à Liane et Steve que sa responsabilité professionnelle exige qu’elle refuse leur invitation à prendre un café. Même si elle n’a pas aimé devoir refuser l’invitation, Annette est convaincue qu’elle a respecté ses limites professionnelles et qu’elle pourra fournir les meilleurs soins possibles à Steve, à Liane et aux autres clients de la communauté dans l’avenir.

Pour en savoir plus sur les limites professionnelles, veuillez consulter le document Normes de la relation thérapeutique infirmière-client.

Pour en savoir plus sur pratique centrée sur le client, poursuivez votre exploration de la norme 3 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Karen, infirmière immatriculée (II), travaille dans un milieu de soins de longue durée. Elle est devenue proche d’Esther, une cliente qui a récemment célébré son 95e anniversaire de naissance. Durant les célébrations, Karen a demandé à la fille d’Esther si elle pouvait utiliser son téléphone cellulaire personnel pour prendre une photo d’elle-même avec sa mère. La fille d’Esther lui a répondu que c’était correct.

Plus tard dans la journée, Karen publie la photo sur sa page Facebook avec la mention « Je suis très contente de travailler avec des personnes spéciales comme celle-ci ». Dans son profil, Karen s’identifie en tant qu’II et mentionne qu’elle travaille au foyer de soins Shady Lane.

Karen a enfreint l’énoncé descriptif 3.4 de la norme 3, qui est d’assurer la protection de la vie privée et la confidentialité des renseignements des clients dans toutes les formes de communication, y compris, mais sans s’y limiter, les dossiers électroniques, les communications verbales et écrites et les médias sociaux, en utilisant son téléphone cellulaire personnel pour photographier une cliente, puis en publiant la photo de la cliente sur sa page Facebook, où elle indique son lieu de travail.

Consultez le document des normes d’exercice pour déterminer quels autres énoncés descriptifs de la norme 3 Karen a enfreints.

3.3. initie, maintient et conclut la relation thérapeutique infirmière-client. (Vous pourriez en trouver d’autres.)

Connaissez les politiques sur les médias sociaux de votre lieu de travail. Prenez aussi connaissance du document intitulé Directive professionnelle : Utilisation responsable et éthique des médias sociaux et des technologies d’échange d’information et d’autres documents utiles en cliquant sur ce lien : Médias sociaux.

Pour en savoir plus sur la pratique centrée sur le client, poursuivez votre exploration de la norme 3 dans le document  des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Lisa, qui est une infirmière diplômée (ID) et membre d’une communauté autochtone, reçoit son affectation de patients pour son relais. Au moment du rapport, Lisa entend parler d’un client autochtone à l’unité qui a subi une amputation de la partie inférieure de la jambe. Le rapport de l’infirmière immatriculée (II) de nuit indique que le client est paresseux, ne respecte pas le traitement et mérite ce qui lui arrive. Lisa s’est immédiatement sentie méprisée, et elle aimerait pouvoir arrêter le rapport et faire part de sa déception à ses collègues assis autour de la table. 

À mesure que la journée avance, Lisa ne peut pas arrêter de penser à cette expérience, et elle estime que cela a une incidence sur les soins infirmiers qu’elle est en mesure de fournir. Elle ne sait pas trop ce que pensent ses collègues au sujet de ce qui s’est passé et elle ne se sent pas assez en sécurité pour leur demander ou leur faire part de son malaise. Lisa craint de parler, car elle est nouvelle à l’unité et ne veut pas nuire à sa carrière. 

Question : Comment Lisa peut-elle satisfaire à l’énoncé descriptif 3.9 de la norme 3? (3.9 : respecte la diversité et encourage la compétence culturelle et un environnement sécuritaire sur le plan culturel pour les clients et les membres de l’équipe de soins de santé).

Réponse : Lisa, même si elle est ID, est tenue de respecter le Code de déontologie des infirmières et infirmiers et doit donc plaider en faveur du client et pour elle-même. Il est important qu’elle agisse dans cette situation. Si Lisa n’est pas à l’aise pour parler pour elle-même, elle pourrait consulter son infirmière gestionnaire ou la surveillante pour obtenir des conseils. Elle pourrait invoquer les valeurs infirmières et responsabilités déontologiques suivantes pour parler avec l’II en question et d’autres collègues :

Fournir des soins sécuritaires et éthiques, avec compétence et compassion

  • « Les infirmières et infirmiers remettent en question, cherchent à contrer, signalent et abordent les pratiques ou les conditions qui, n’étant pas favorables à la sécurité, à la compassion, à l’éthique ou à la compétence, nuisent à leur capacité de prodiguer des soins sécuritaires et éthiques, avec compétence et compassion, et ils appuient les autres personnes qui font de même ». (AIIC, 2017, p. 11)

Honorer la dignité

  • « Les infirmières et infirmiers interviennent lorsque la dignité des personnes confiées à leurs soins ou un collègue (y compris des étudiant(e)s) n’est pas respectée, en font rapport selon le besoin et reconnaissent que le silence et la passivité à cet égard signifient que ce comportement est toléré. Ils s’expriment, facilitent la conversation et règlent les conflits selon le cas ou les besoins ». (AIIC, 2017, p. 16)

Promouvoir la justice

  • « Les infirmières et infirmiers ne font pas de discrimination fondée sur la race, l’origine ethnique, la culture, les croyances politiques et spirituelles, la situation sociale ou matrimoniale, le sexe, l’identité de genre, l’expression sexuelle, l’orientation sexuelle, l’âge, l’état de santé, le lieu d’origine, le mode de vie, la capacité mentale ou physique, le statut socioéconomique ou toute autre caractéristique ». (AIIC, 2017, p. 19)
  • « Les infirmières et infirmiers respectent l’histoire et les intérêts particuliers des peuples autochtones comme formulés dans les Appels à l’action (2012) de la Commission de vérité et réconciliation (CVR) ». (AIIC, 2017, p. 19)
  • « Les infirmières et infirmiers s’abstiennent de juger, d’étiqueter, de stigmatiser ou d’humilier les bénéficiaires de soins, les autres professionnels de la santé, les étudiant(e)s ou leurs propres collègues ». (AIIC, 2017, p. 19)

À votre avis, quelles autres valeurs infirmières et responsabilités déontologiques du Code de déontologie pensez-vous que Lisa pourrait utiliser dans la situation?

Pour en savoir plus sur la pratique centrée sur le client, poursuivez votre exploration de la norme 3 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).


L’infirmière immatriculée établit des relations professionnelles et fait preuve de leadership dans la prestation de services et de soins de santé de qualité. 

Comment cette norme s'applique-t-elle à votre pratique?

  • En communiquant avec tous les membres de l’équipe de façon efficace et respectueuse;
  • En comprenant et en respectant le champ d’exercice et l’apport de tous les membres de l’équipe;
  • En faisant la promotion de milieux d’exercice de qualité.

FAQs et ressources

Rachel, une infirmière praticienne (IP), et Patricia, une infirmière immatriculée (II), travaillent dans une clinique de soins primaires très occupée. Leur gestionnaire, Joëlle, qui est également une II, a décidé d’ajouter un autre membre au personnel pour atténuer la surcharge de travail. Après avoir effectué une analyse des postes, elle décide que c’est une infirmière auxiliaire autorisée (IAA) qui conviendra le mieux.

Comment Rachel et Patricia s’assureront qu’elles respectent l’énoncé descriptif 4.7 une fois que l’IAA sera embauchée? Comment Joëlle, la gestionnaire, respectera-t-elle cet énoncé descriptif elle aussi? (4.7 : exerce la profession de façon autonome et en collaboration avec l’équipe des soins de santé tout en comprenant et en respectant le champ d’exercice et l’apport des autres membres de l’équipe à la prestation de soins sécuritaires et éthiques fournis avec compétence et compassion).

 Rachel et Patricia pourraient satisfaire à cet énoncé descriptif :

  • en respectant et en cherchant à comprendre le champ d’exercice de l’IAA, par exemple en appelant l’organisme de réglementation des IAA (l’AIAANB) ou en demandant aux autres;
  • en tenant une réunion du personnel pour discuter de la façon dont elles peuvent travailler en collaboration en tant qu’équipe coordonnée et supervisée par Joëlle;
  • en créant et en maintenant un environnement sécuritaire et respectueux pour l’ensemble du personnel.

Joëlle devrait s’assurer que les fonctions de chaque membre du personnel sont clairement décrites, que les politiques sont à jour et que des caucus quotidiens ont lieu pour vérifier que le travail d’équipe fonctionne bien et pour préciser toute question au sujet de la pratique en collaboration.

Pour en savoir plus sur les II et les IAA qui travaillent en collaboration, veuillez consulter le document intitulé Directive sur la collaboration intraprofessionnelle : Travailler ensemble : infirmières immatriculées et infirmières auxiliaires autorisées.

Pour en savoir plus sur les relations professionnelles et le leadership, poursuivez votre exploration de la norme 4 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Becky est infirmière immatriculée (II) en santé communautaire dans une communauté des Premières Nations depuis deux ans. Récemment, sa surveillante lui a demandé d’élaborer un manuel de politiques pour une clinique de méthadone au centre de santé. Comme ce programme est nouveau dans la communauté, de nombreux résidents s’opposent à ce genre de service parce qu’ils craignent que le programme mène à plus de problèmes de dépendance. Reconnaissant son rôle de défense des populations marginalisées, Becky tient plusieurs séances de consultation dans la communauté pour obtenir l’apport des gens et leur fournir de l’information au sujet des risques et des avantages du traitement à la méthadone. Becky comprend l’importance d’avoir accès à des services de santé pertinents et à l’incidence des déterminants de la santé sur les populations. 

Question : Comment Becky peut-elle satisfaire à l’énoncé descriptif 4.4 de la norme 4? (4.4 : réclame, de façon individuelle et collective, des politiques et des programmes publics favorables à la santé qui tiennent compte des déterminants de la santé).

Réponse : Becky rassemble de l’information cruciale sur la communauté des Premières Nations concernant leur crainte que la clinique de méthadone mène à plus de problèmes de dépendance. Pour s’acquitter de sa tâche, Becky a également la responsabilité de se préparer en utilisant des ressources fondées sur des données probantes. Pour ce faire, elle doit consulter des ressources crédibles comme celles offertes par le Gouvernement du Canada concernant les inégalités en santé afin qu’elle puisse offrir à tous les mêmes possibilités d’être en santé, peu importe qui ils sont et où ils vivent. Avec son expérience, elle sait déjà que de nombreux facteurs ont une influence sur la santé, et les politiques qu’elle est en train d’élaborer doivent appuyer la réduction des inégalités en santé dans cette communauté marginalisée.

Pour en savoir plus sur les relations professionnelles et le leadership, poursuivez votre exploration de la norme 4 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Randy est infirmier immatriculé (II) à l’unité des soins cardiaques depuis 20 ans. Au cours des années, il a fourni des soins infirmiers à une foule de clients qui ont subi un infarctus du myocarde. Randy dénonce haut et fort depuis longtemps le manque d’accès à des programmes de promotion de la santé dans sa communauté, ce qui l’a mené à intégrer à sa pratique un enseignement exhaustif sur les habitudes de vie saines. Étant donné son leadership dans le domaine, son infirmière gestionnaire l’a invité à représenter leur unité dans le cadre d’un projet pilote de mieux-être cardiaque.

Question : Comment Randy peut-il satisfaire à l’énoncé descriptif 4.5 de la norme 4? (4.5 : contribue par son apport et son soutien à des initiatives qui améliorent le système de santé et la santé de la population).

Réponse : Randy peut se servir de son expertise pour éclairer l’équipe du projet sur le besoin d’investir en amont pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Pour ce faire, il pourrait utiliser l’outil de travail Modèle de promotion de la santé de la population et ses huit éléments pour structurer le projet pilote de mieux-être cardiaque :

  • Placer la santé des populations au centre des préoccupations.
  • Examiner les déterminants de la santé et leurs interactions.
  • Fonder les décisions sur des données probantes.
  • Accroître les investissements en amont.
  • Miser sur des stratégies multiples.
  • Favoriser la collaboration entre les divers paliers et secteurs.
  • Prévoir des mécanismes qui encouragent la participation du public.
  • Démontrer une prise en charge des responsabilités quant aux résultats sur le plan santé.

Pour avoir accès à cet outil et à d’autres renseignements pertinents sur la santé de la population, consultez le lien suivant : Qu’est-ce que l’approche axée sur la santé de la population?

Pour en savoir plus sur les relations professionnelles et le leadership, poursuivez votre exploration de la norme 4 dans le document des Normes d’exercice pour les infirmières immatriculées (2019). Si vous avez des questions concernant le respect de cette norme d’exercice, veuillez communiquer avec une infirmière-conseil à aiinb@aiinb.nb.ca ou au 506‑458‑8731/1‑800‑442‑4417 (sans frais).

Code de déontologie des infirmières et infirmiers

Normes d'exercice pour les infirmières immatriculées

Normes d’exercice pour les infirmières praticiennes en soins de santé primaires

Normes supplémentaires pour les IIs et les IPs

Si vous avez besoin d’aide pour appliquer ces normes à votre pratique infirmière, veuillez communiquer avec le Service de la pratique de l’AIINB en écrivant à aiinb@aiinb.nb.ca ou en composant le 506-458-8731 ou, sans frais, le 1-800-442-4417.