Ce que vous devez savoir

Au sujet du coronavirus (COVID-19)

En décembre 2019, un coronavirus est apparu dans la ville de Wuhan, en Chine. Depuis, ce virus respiratoire a été signalé dans de nombreux pays, dont le Canada. Le jeudi 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la COVID-19 constituait une urgence de santé publique de portée internationale. Le 11 mars 2020, l’OMS a déclaré que la COVID-19 était une pandémie en raison des niveaux alarmants de propagation et de gravité des cas.

Les personnes infectées par la COVID-19 peuvent n’avoir que peu ou pas de symptômes. Vous ne savez peut-être pas que vous avez des symptômes de la COVID-19, car ils s’apparentent à ceux d’un rhume ou d’une grippe. Les symptômes du virus peuvent aller de légers à graves et prendre jusqu’à 14 jours avant d’apparaître après l’exposition à la COVID-19. Les symptômes peuvent inclure de la fièvre, de la toux, des difficultés respiratoires, une pneumonie et une insuffisance rénale. Dans les cas graves, l’infection peut entraîner la mort.

Autoévaluation de la COVID 19

Pour en savoir plus au sujet du virus:

Au sujet d' immunisation coronavirus (COVID-19)

Tandis que le Canada se prépare pour la plus vaste campagne de vaccination des dernières années, l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (AIINB) reconnaît qu’il est essentiel que le public ait confiance aussi bien dans le vaccin que dans les professionnels qui l’administrent. La sécurité du vaccin dépasse ses propriétés pharmaceutiques. Le vaccin doit être administré par des professionnels qui procèdent en toute sécurité et de façon compétente et éthique dans tous les aspects de l’administration du vaccin, ce qui signifie avoir les connaissances et la compétence nécessaires en ce qui concerne le consentement éclairé, les techniques d’injection, la reconstitution de vaccins, les exigences de conservation, les effets secondaires, la gestion d’urgence des réactions indésirables, la tenue de dossiers, l’élimination et tous les autres aspects de l’administration des vaccins (National Council of State Boards of Nursing, 2020).

Le rôle de l’AIINB

Le mandat de l’AIINB est d’assurer une réglementation qui favorise des soins infirmiers sécuritaires, compétents et éthiques – mais la sécurité des patients est une responsabilité collective. Notre rôle durant la pandémie du nouveau coronavirus est de vous soutenir dans votre capacité de fournir des soins sécuritaires et compétents et de vous aider à comprendre vos obligations redditionnelles.

Pour toute question au sujet de vos responsabilités redditionnelles en ce qui concerne le soin des patients touchés par le nouveau coronavirus, veuillez communiquer avec nous. L’une de nos infirmières-conseils pourra vous aider à déterminer les normes et directives appropriées pour guider votre prise de décision et vous aider à comprendre vos responsabilités redditionnelles. 

Les infirmières praticiennes sont encouragées à consulter la page sur le coronavirus du Bureau du médecin-hygiéniste en chef (Santé publique) pour obtenir de l’information.

L’AIINB accepte actuellement de nouvelles demandes d’immatriculation provisoire d’urgence 

En raison du nombre croissant d’infections à la COVID-19 au Nouveau-Brunswick et afin d’appuyer la province dans ses efforts face à la COVID-19, l’AIINB ouvre de nouveau son processus d’immatriculation provisoire d’urgence.

Si vous êtes à jour dans votre pratique infirmière (vous avez pratiqué un minimum de 1125 heures au cours des 5 dernières années), si vous êtes ancien(ne) membre en règle de l’AIINB, si vous souhaitez participer à la lutte contre la COVID-19 dans le cadre d’une immatriculation provisoire d’urgence et si vous avez été recruté(e) par le réseau de santé Horizon ou Vitalité, veuillez remplir un Formulaire de demande d’immatriculation provisoire d’urgence et le soumettre à aiinbimmatriculation@aiinb.nb.ca (avec copie à HRP3CN19@gnb.ca) accompagné d’une preuve que le réseau Horizon ou Vitalité désire vous embaucher pour lutter contre la COVID‑19 (offre d’emploi). Après réception du formulaire de demande dûment rempli et de la confirmation de votre recrutement, et une fois que votre admissibilité à l’immatriculation provisoire d’urgence aura été validée, l’AIINB vous enverra une immatriculation provisoire d’urgence par courriel.  

Si vous avez pratiqué un minimum de 1125 heures au cours des 10 dernières années, que vous êtes ancien(ne) membre en règle de l’AIINB et que vous souhaitez participer à la lutte contre la COVID-19, vous pourriez être admissible à une immatriculation provisoire d’urgence restreinte qui limiterait votre pratique à un rôle de soutien à la COVID-19 dans une clinique de vaccination ou un centre d’évaluation/de test. Si vous pensez être admissible à une immatriculation provisoire d’urgence restreinte, veuillez suivre la même procédure de demande que celle décrite ci-dessus.

Les immatriculations provisoires d’urgence et les immatriculations provisoires d’urgence restreintes seront valides jusqu’au 31 mai 2022.

Foire aux questions pour les II et les IP

Vous avez la responsabilité de prendre des décisions qui sont dans l’intérêt de vos clients et de les protéger contre tout préjudice. Vous avez également la responsabilité de protéger les clients contre les risques d’infection, ce que vous pouvez faire :

  • en appliquant les principes d’hygiène des mains;
  • en choisissant des mesures appropriées pour prévenir et maîtriser la transmission des infections, par exemple en portant un équipement de protection individuelle (EPI);
  • en comprenant les politiques organisationnelles de votre lieu de travail en matière de prévention et de contrôle des infections;
  • en participant à toute séance de formation offerte sur la prévention et le contrôle des infections;
  • en consultant la Fiche d’information : La prévention et le contrôle des infections de l’AIINB;
  • en collaborant avec votre employeur pour élaborer de nouvelles politiques au besoin;
  • en consultant des sources de données probantes pour éclairer votre pratique (voir la section « Ressources importantes »).

Nous vous encourageons à collaborer avec votre employeur pour déterminer les menaces réelles ou potentielles, examiner les politiques organisationnelles pertinentes et, le cas échéant, élaborer des politiques et des directives spécifiques pour votre milieu d’exercice.

Les II et les IP devraient comprendre et appliquer des mesures de précaution pour minimiser le risque de s’infecter soi-même ou d’infecter les collègues, les clients et d’autres. Pour en savoir plus sur ces aspects, veuillez consulter le site Web du Bureau du médecin-hygiéniste en chef (Santé publique) du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

CONSEILS POUR AIDER LES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS À LIMITER LA PROPAGATION DE LA COVID-19 À LA MAISON

L’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario a accordé la permission à l’AIINB d’adapter le contenu de la section sur le nouveau coronavirus (COVID-19) de son site Web.

Quand votre obligation professionnelle envers un client entre en conflit avec vos obligations personnelles, votre responsabilité est de faire preuve de leadership et de trouver la meilleure solution possible tout en continuant à prendre des décisions qui sont dans l’intérêt du client. Refuser des affectations ou choisir d’interrompre les soins est un dilemme éthique auquel il n’y a pas de réponse claire.  

Au bout du compte, vous avez le droit de refuser des affectations qui, à votre avis, créeraient un niveau de risque inacceptable pour vous ou vos clients. Toutefois, vous avez aussi la responsabilité professionnelle et l’obligation d’avoir un dialogue proactif avec votre employeur, de vous informer et d’obtenir la formation théorique et pratique nécessaires pour vous assurer de connaître tous les faits avant d’envisager de refuser.

Voici une ressource qui pourrait être utile dans cette situation :  Fiche d'information: Abandon

L’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario a accordé la permission à l’AIINB d’adapter le contenu de la section sur le nouveau coronavirus (COVID-19) de son site Web.

Si vous fournissez des services infirmiers en tant qu’infirmière à votre compte, vous devez vous conformer aux règles et conditions de l’arrêté obligatoire qui vise à réduire la propagation du virus de la COVID-19. Aussi bien les individus que les employeurs et les entreprises doivent suivre cet arrêté afin d’assurer la santé du public. Pour avoir des renseignements sur les mesures que doivent prendre les entreprises pour se conformer à l’arrêté obligatoire, veuillez consulter les ressources suivantes :

En tant que II ou IP, vous devez en tout temps rendre compte des mesures que vous prenez ou que vous ne prenez pas. Vous devez prendre vos décisions en vous fondant sur l’analyse de toutes les données dont vous disposez, les besoins du client et les politiques de l’employeur, sans oublier votre devoir de fournir des soins et votre obligation de vous protéger et de protéger votre famille.

Un fardeau déraisonnable peut exister dans de rares situations, comme les urgences de santé publique, où l’II ou l’IP  est incapable de fournir des soins sécuritaires et de respecter les normes d’exercice professionnelles parce que les attentes sont déraisonnables, il manque de ressources ou que la sécurité personnelle est constamment menacée.

Il peut être approprié de refuser de fournir des soins ou de se retirer de la prestation de soins dans certaines circonstances très précises. Avant de vous retirer de la prestation des soins, vous devez considérer attentivement le risque et les effets pour le client. De plus, vous devez d’abord vous tourner vers plusieurs autres stratégies pour rendre la situation plus sécuritaire, par exemple en travaillant avec votre employeur pour obtenir un EPI approprié et des aires d’isolement. 

Réfléchissez aux points suivants si vous envisagez de vous retirer de la prestation de soins : 

  • Quel est le risque pour le client si je me retire de la prestation des soins?
  • Est-ce que les soins que je fournis empêchent directement que le client subisse des préjudices?
  • Est-ce que l’avantage que les soins procurent est plus grand que mon risque de préjudice?  
  • Que puis-je faire pour minimiser mon risque?
  • Que puis-je faire pour minimiser le risque pour le client si je me retire de la prestation de soins? 

Si je décide de me retirer de la prestation de soins, est-ce qu’on pourrait m’accuser d’abandon?

Il y a abandon lorsque l’II ou l’IP établit une relation avec un client ou accepte une affectation, puis qu’elle interrompt la prestation de soins :

  • sans négocier un retrait de services mutuellement acceptable avec le client; ou
  • sans prendre des dispositions pour trouver des services de remplacement appropriés; ou
  • sans donner à l’employeur une possibilité raisonnable de trouver une solution de rechange ou un remplacement.

Bien que vous ayez le droit de refuser de travailler dans des situations où vous ne pouvez pas gérer le risque ou l’abaisser à un niveau raisonnable, il est tout aussi important de souligner que vous avez l’obligation de prendre toutes les mesures raisonnables pour éviter de vous retirer de la prestation des soins et d’abandonner vos clients.

Pour en savoir plus sur l’abandon, consultez la Fiche d’information : Abandon. Il est conseillé aux II et aux IP de passer en revue les politiques organisationnelles et les directives pertinentes qui ont trait à la dotation et à la charge de travail. Au besoin, vous pouvez réclamer et élaborer des politiques et des directives motivées par l’intérêt et la sécurité des patients. Vous pouvez également consulter le document intitulé Travailler avec des ressources limitées : Un guide pour les II et les IP.

Le Nova Scotia College of Nursing nous a permis d’adapter le contenu de son document intitulé Practice Scenario: Withdrawing from Care – Unreasonable Burden.

Messages clés sur l’EPI de l’AIIC

La réaffectation temporaire d’employés est une pratique légitime que les employeurs utilisent pour s’assurer de répondre aux besoins des clients qu’ils servent au quotidien. Vous et votre employeur avez l’obligation de vous assurer que les clients reçoivent des soins sécuritaires et compétents. Durant ces circonstances particulières créées par l’urgence de santé publique, les II, les IP et les employeurs se doivent de travailler ensemble pour prendre les meilleures décisions en se fondant sur l’information connue, tout en sachant très bien que l’évolution de la situation pourrait mener à une décision différente à un autre moment.

Obligations redditionnelles des II et des IP

En tant qu’II ou IP, vous devez vous assurer d’avoir les connaissances, les habiletés et le jugement requis avant d’exécuter toute activité ou procédure. Certains éléments du savoir infirmier et des compétences infirmières de niveau débutant s’appliquent à tous les groupes de clients et à tous les milieux d’exercice. Comme vous devez exercer selon votre compétence, il est important d’évaluer et de communiquer toute limite à votre pratique. Même s’il s’avère que vous n’êtes pas en mesure de prendre une pleine charge de clients dans un milieu non familier, il y a quand même de nombreux gestes que vous pouvez poser de manière compétente dans le cadre de votre champ d’exercice individuel afin d’appuyer le milieu de soins. Dans certains cas, vous pourriez constater que votre affectation consiste à assister le personnel régulier dans le soin des clients, plutôt que de soigner vous-même les clients de manière autonome.

Si on vous affecte à un secteur que vous ne connaissez pas, envisagez :

  • De demander une brève orientation au nouveau milieu d’exercice.
  • D’effectuer les activités pour lesquelles vous avez la compétence requise. Par exemple, vous pouvez fournir les soins de base afin de libérer les II et les IP dont l’expertise leur permet de fournir des soins plus complexes ou dans un secteur de soins en particulier.
  • De voir, le cas échéant, s’il est possible de combler vos besoins d’apprentissage propres au nouveau milieu d’exercice.
  • De discuter de votre compétence et des responsabilités attendues avec votre employeur.
  • De demander des conseils et de collaborer avec l’équipe des soins de santé pour maintenir des soins sécuritaires aux clients, et de travailler de concert avec les autres spécialistes des soins de santé pour améliorer vos soins aux clients.

Obligations redditionnelles de l’employeur

Votre employeur a l’obligation :

  • De fournir des effectifs et des ressources et de soutenir la pratique des II et des IP dans les limites de leur rôle et de leur champ d’exercice. 
  • De prévoir un soutien aux II et aux IP qui sont réaffectées à des milieux d’exercice non familiers.
  • D’aider les II et les IP à comprendre ce qu’on attend d’elles lorsqu’elles fournissent des soins dans un milieu d’exercice non familier.
  • De tenir compte des compétences et des qualités des II et des IP ou des autres fournisseurs de soins dans l’affectation des clients.

Fiche d’information : Réaffectation à un milieu d’exercice non familier

Une partie du contenu est inspiré du document Practice Scenario: Re-deployed Nurses du Nova Scotia College of Nursing et de la page d’information sur la COVID-19 pour les infirmières et infirmiers (en anglais seulement) publiée par l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario.

Les II et les IP doivent respecter les mesures législatives, le Code de déontologie, les normes et les politiques de l’employeur. Voici quelques éléments clés à garder à l’esprit durant la flambée du coronavirus :

Normes d’exercices pour les infirmières immatriculées

Les II et les IP ont les responsabilités suivantes :

  • exercer de façon sécuritaire et éthique avec compétence et compassion, et rendre des comptes au client, au public, à l’employeur et à la profession;
  • exercer en appliquant des connaissances, des habiletés et un jugement qui sont éclairés par des données probantes;
  • contribuer à mettre en place et à promouvoir des mesures qui favorisent des résultats positifs optimaux pour la santé du client au niveau de la personne, de l’organisation et du système;
  • établir des relations professionnelles et faire preuve de leadership dans la prestation de services et de soins de santé de qualité.

Normes de la relation thérapeutique infirmière-client

Les II et les IP ont les responsabilités suivantes :

  • recourir à un large éventail de stratégies de communication efficace et faire preuve d’entregent pour établir et entretenir la relation thérapeutique infirmière-client et y mettre fin de manière appropriée;
  • s’assurer que tous les comportements et toutes les mesures prises sur le plan professionnel répondent aux besoins thérapeutiques du client.  

Code de déontologie des infirmières et infirmiers  

Depuis toujours, les infirmières et infirmiers prennent soin de personnes qui en ont besoin, même dans des situations où leur propre vie ou santé est en danger. Les infirmières et infirmiers courent par ailleurs des risques lorsqu’ils fournissent des soins à des personnes souffrant de maladies infectieuses ou transmissibles, que ces maladies aient été diagnostiquées ou non. Il n’en demeure pas moins que les catastrophes et les épidémies de maladies transmissibles exigent que tout le personnel soignant, y compris le personnel infirmier, se mobilise dans un effort exceptionnel. (p. 43)

Le code précise que : « Lors d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine, y compris lors de flambées épidémiques, les infirmières et infirmiers ont l’obligation de prodiguer des soins tout en respectant les mesures de sécurité appropriées et conformément à la législation, à la réglementation et aux lignes directrices fournies par le gouvernement, les organismes de réglementation, les employeurs, les syndicats et les organisations professionnelles (A9). » (p. 43)

Les infirmières et infirmiers doivent considérer attentivement les devoirs liés à leur rôle professionnel et à leur obligation de fournir des soins par rapport à d’autres responsabilités à l’égard de leur propre santé ainsi qu’envers leur famille et leurs amis. (p. 44)

Pour en savoir plus sur les Considérations déontologiques pour le personnel infirmier lors d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine, de l’éclosion d’une maladie transmissible ou d’une pandémie, veuillez consulter les pages 43-46 du Code de déontologie.

Fiche d’information : La prévention et le contrôle des infections (PCI) 

Les II et les IP ont la responsabilité de s’assurer que leur pratique est sécuritaire et compétente en tout temps, y compris par l’utilisation de mesures de PCI sûres et efficaces. Pour ce faire, les II et les IP devraient connaître les mesures législatives applicables, les normes de l’AIINB, les pratiques exemplaires et les politiques organisationnelles en matière de PCI et préconiser des environnements de travail de qualité.

Bureau du médecin-hygiéniste en chef (Santé publique)-FAQ

Note de service: Prescriptions non appropriées visant à prévenir ou à traiter la COVID-19

Envoyer des ordonnances aux pharmaciens par courriel

  • L’envoi d’ordonnances par courriels non sécurisés, messages textes ou autres plateformes numériques n’est généralement pas acceptable.
  • Lorsque cela est possible, les IP doivent utiliser des moyens de transmission appropriés, comme par téléphone, télécopieur ou systèmes de prescription informatisée sécurisés.
  • Nous sommes bien conscients que nous traversons une période exceptionnelle et si ces méthodes de communication ne sont pas une option, travaillez avec le pharmacien afin d’identifier la meilleure façon de répondre aux besoins des patients, comme la transmission des ordonnances par courriels non sécurisés. Le pharmacien doit garantir la validité de toute ordonnance. L’envoi par courriel non sécurisé n’est pas envisageable pour les médicaments visés dans le Règlement sur les stupéfiants.
  • Travaillez avec vos patients pour pouvoir répondre à leurs besoins et obtenir leur consentement éclairé avant d’utiliser les courriels non sécurisés pour transmettre une ordonnance. Si le patient consent à l’envoi de l’ordonnance par courriel non sécurisé, assurez-vous alors de n’envoyer l’ordonnance qu’à la pharmacie choisie par le patient. Pour des directives, vous pouvez veuillez consulter le Ministère de la Santé  . 

Prescrire de la méthadone et de la buprénorphine

  • Pour les IP qui traitent les problèmes de dépendance aux opioïdes, le Centre de toxicomanie et de santé mentale a de nouvelles directives (en anglais seulement) pour la prescription et la prise en charge du traitement par méthadone et buprénorphine, tout en respectant les mesures de distanciation physique et d’auto-isolement. Ces directives « portent sur les consultations au cabinet, les consultations à distance, les doses à emporter (à prendre chez soi) et la fréquence des tests de dépistage de drogues dans l'urine. »
  • Nous encourageons les IP à travailler avec les pharmaciens et les autres membres de l’équipe soignante pouvant être concernés par des changements au régime thérapeutique d’un patient.

Ordonnances d’hydroxychloroquine et d'azithromycine

  • Tous les médicaments, y compris l’hydroxychloroquine et l'azithromycine, ne devraient être prescrits que conformément aux données probantes actuelles.
  • En l’absence de données probantes, ne prescrivez pas d’hydroxychloroquine et d'azithromycine pour prévenir ou traiter la maladie à coronavirus COVID-19, car cela pourrait donner lieu à une pénurie de médicaments et pourrait compromettre les soins des autres patients.
  • Les infirmières sont tenues d’assurer que leur exercice et tout traitement prescrit sont fondés sur des données probantes.

Exemptions de Santé Canada pour la prescription de substances contrôlées

  • Dans le cadre de sa réponse à la lutte contre la propagation de la maladie à coronavirus COVID-19, Santé Canada émet des exemptions pour des ordonnances de substances contrôlées en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.
  • Les IP peuvent désormais transmettre des ordres oralement (par exemple par téléphone) afin de prolonger ou renouveler une ordonnance pour un patient qu’elles traitent.

Liens pertinents :

L’obligation de diligence est l’obligation morale, éthique, légale et professionnelle qu’ont les IAAles II et les IP d’adhérer à une norme de soin raisonnable dans la prestation, l’affectation, la délégation, la surveillance, la promotion et l’évaluation des soins et dans la défense du droit aux soins. Les professionnels en soins infirmiers ont l’obligation d’avoir une prestation de soins qui respecte les mesures de sécurité à prendre en cas de crise de santé publique comme l’actuelle pandémie de COVID-19. Cette foire aux questions se veut un soutien pour les professionnels en soins infirmiers afin de les aider à respecter leurs obligations redditionnelles en ce qui concerne leur obligation de diligence durant l’épidémie de COVID‑19. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à vous adresser à votre organisme de réglementation, l’AIAANB ou l’AIINB.

FAQ : LA COVID-19 ET L’OBLIGATION DE DILIGENCE

Puisque les soins virtuels ou soins infirmiers à distance sont nécessaires et de plus en plus répandus, l’AIINB soutient la prestation de soins infirmiers au moyen de la technologie. 

Même si les soins infirmiers à distance changent la façon dont vous exercez votre profession, ce qui ne change pas, c’est la nature de la pratique infirmière, c’est-à-dire la démarche infirmière sur laquelle repose la prestation des soins infirmiers. L’obligation de respecter vos normes d’exercice tient toujours.

Si vous fournissez des services infirmiers au moyen de la technologie, vous devez : 

  • Suivre la démarche infirmière pour évaluer les besoins, planifier et mettre en œuvre les soins infirmiers, évaluer les résultats des soins et consigner au dossier.  
  • Avoir une communication efficace pour établir la relation infirmière-client.
  • Élaborer le plan de soins du client en vous fondant sur votre évaluation virtuelle et sur votre examen des antécédents et des besoins actuels en soins de santé. Posez suffisamment de questions au client afin de recueillir des données pertinentes et adéquates pour éclairer vos décisions et vos interventions.
  • Collaborer avec les membres de l’équipe de soins infirmiers et de soins de santé au besoin, ce qui pourrait se produire plus souvent dans les situations suivantes :
    • prestation de soins à de nouveaux clients pour alléger la pression dans le système de santé;
    • les données habituelles ne sont pas disponibles (par exemple, évaluation récente, résultats de laboratoire ou de diagnostic parce que vous n’avez pas le dossier du client, ou le client ne peut pas accéder au système de santé);
    • les besoins du client dépassent votre champ d’exercice individuel ou votre spécialité ou compétence.
  • Prendre des décisions fondées sur les données connues à ce moment et dans le contexte où les données sont obtenues.
  • Reconnaître les situations où les soins infirmiers à distance ne répondent pas aux besoins du client et qu’une évaluation en personne est nécessaire.
  • Fournir des services qui correspondent à votre champ d’exercice en soins infirmiers, à vos compétences individuelles et aux attentes et aux politiques de votre employeur.

Vous devriez avoir pris connaissance des politiques de l’employeur sur :

  • La protection de la vie privée et la confidentialité
  • La tenue de dossiers
  • Les questions de sécurité et le type de technologie ou d’équipement approuvé
  • Le soutien informatique
  • Le consentement éclairé

Si vous exercez la profession infirmière au Nouveau-Brunswick et que vous fournissez des soins infirmiers virtuels au moyen de la technologie à des clients qui sont à l’extérieur du Nouveau-Brunswick 

  • vous devez détenir une immatriculation active de l’AIINB;
  • vous avez la responsabilité de connaître les politiques et les mesures législatives qui s’appliquent là où le client habite – différentes politiques ou mesures législatives pourraient avoir une incidence sur les soins infirmiers à distance. Il se pourrait aussi que vous deviez détenir un permis d’exercice sur le territoire où habite votre client. 

L’infirmière doit toujours rendre compte de ses actions et de ce qu’elle connaît ou devrait raisonnablement connaître. On attend de l’infirmière qu’elle fonde ses décisions relatives aux soins sur les données dont elle dispose à ce moment en tenant compte du contexte dans lequel les données sont obtenues.

Pour plus d’information au sujet de la prestation de soins virtuels, veuillez consulter la Directive professionnelle sur la télépratique infirmière  et la Trousse d’outils pour la télépratique infirmière de l’AIINB.

Le Nova Scotia College of Nursing nous a donné la permission d’adapter le contenu de la page Web Practice Scenario : Telenursing or Providing Virtual Care in a Pandemic. / Practice Scenario: NPs Providing Virtual Care for Unfamiliar Clients in a Pandemic.

ISMP Canada recommande de privilégier les ordonnances écrites, y compris les ordonnances électroniques. Toutefois, la pandémie en cours a augmenté la nécessité et la fréquence des ordonnances téléphoniques et verbales. L’institut propose des pratiques sécuritaires que les II et les IP trouveront dans le document suivant : Bulletin de l’ISMP Canada.

Autres organisations du secteur de la santé du N.-B.

Canada et international

Gouvernement du Canada

SPIIC

AIIC

ISMP Canada

Organisation mondiale de la Santé

ICIS

ACESI